Le Beaujolais met les petits plats dans les grands

A+
A-

Le vin et la gastronomie ont toujours fait bon ménage et c'est particulièrement vrai dans le Beaujolais. Vin de plaisir et de partage, le Beaujolais est donc un ingrédient essentiel d’une cuisine savoureuse.

Des ambassadeurs hors norme

Très tôt de grands chefs ont fait du Beaujolais la star de leur carte, à l'image de Paul Bocuse, son ambassadeur le plus prestigieux et sans doute le plus fidèle. Le pape de la cuisine française propose d'ailleurs aussi bien des plats simples que des mets raffinés aux couleurs du Beaujolais comme ses « œufs pochés à la beaujolaise ».

 

« Le vin du XXIe siècle »

Le chef Pierre Gagnaire, trois étoiles au Michelin, ne tarit pas d'éloges sur LES vins du Beaujolais. Lui qui aime « les vins frais, les vins vifs », estime que « le Beaujolais répond bien, aujourd'hui, à ce qu'on attend d'un vin ». « Légèreté », « prix raisonnable », « vivacité », « goût de fruit », et « fraîcheur », sont pour lui ses qualités. « Cela répond à beaucoup d'objectifs que recherche aujourd'hui le buveur du XXIe siècle », conclut Pierre Gagnaire.

Le « plus grand chef étoilé du monde » en 2015 ne manque pas d'audace, lui qui a parfois osé proposer à ses clients une quiche servie avec un sorbet Beaujolais-chou rouge-tamarillo.

Voir aussi sur beaujolais.com : la vidéo « Pierre Gagnaire nous parle du Beaujolais »

Georges Blanc, lui aussi trois macarons au Michelin, a très tôt mis les vins de la région à l'honneur, dans son restaurant étoilé de Vonnas. Il est également  présent en Beaujolais, à Romanèche-Thorins, et prouve son attachement au terroir local.

 

Le Beaujolais et l'excellence des jeunes chefs

Une cuisine de l'excellence qui a essaimé sur les terres viticoles du Beaujolais. Le vignoble compte désormais sept restaurants étoilés.

Delphine et Romain Barthe, respectivement sommelière et chef une étoile à l'Auberge de Clochemerle (Vaux-en-Beaujolais) font partie de la jeune génération des ambassadeurs du Beaujolais. Ils marient élégamment patrimoine, terroir et modernité. Dans leurs menus surprises, peut apparaître un pigeon rôti accompagné de boulgour, céleris et kumquats confits et servi avec un Chénas.

La collaboration avec les vignerons du Beaujolais est telle que Romain Barthe a remporté en 2015 avec Claire Chasselay (Domaine Chasselay, Châtillon d'Azergues) le concours du « Meilleur Vigneron Cuisinier ».

 

Le Beaujolais, terre d'amour franco-japonaise

A Saint-Amour, le Beaujolais associe ses arômes aux saveurs exotiques venues du Japon depuis que Masafumi Hamano a pris la tête du 14 février en 2014. Quelques mois plus tard il obtenait déjà une étoile pour sa cuisine franco-japonaise accompagnée de vins du Beaujolais. Saint-Amour, un lieu prédestiné pour le chef nippon : "j'ai toujours aimé ce village pour ses vignes. Et puis, c'est ici que nous avons organisé en 2005, avec ma femme, notre confirmation de mariage", confiait-il au journal L'Hotellerie-Restauration en 2014.

 

Madeleine de Proust pour Guy Lassausaie

Le Beaujolais, Guy Lassausaie y a grandi. Chaque année, à la fin novembre, le chef deux étoiles de Chasselay met donc les Beaujolais Nouveaux en exergue, à l'apéritif ou pour souligner ses plats. Des vins synonymes d'amitié et de partage. Pour lui, boire un Beaujolais c'est avant tout se retrouver « tous autour d’une table pour se faire plaisir, c’est la base de mon métier ».